Action nationale

AGN d’AMIENS juin 2017

 

Remise d’un chèque de 20000€ aux représentantes de

  » Solidarité Femmes »

 

Ce chèque représente une année d’actions des membres du Club AGORA France

 

 

Coordonnées du réseau « SOLIDARITÉ FEMMES »    clic

 Facebook Solidarité Femmes          Clic

Face aux conséquences des violences sexuelles, une expérience en Art-Thérapie (Cécile CHARRIER). témoignage, remerciements pour le club AGORA de Solidarité Femmes (Côte d’Or)

Quelques extraits, le texte entier en cliquant sur le lien ci-dessus

Les violences sexuelles sont un cumul de violences : physiques, verbales,

psychologiques. Elles atteignent l’être dans ses profondeurs, et modélisent son avenir.

Une des conséquences les plus graves de ce psychotraumatisme est que, pour

survivre, la personne se coupe de ses émotions et de ses ressentis corporels.

La capacité défensive, qui permet de prendre sa place dans la relation, puisqu’elle est

une garantie de respect de son identité, est également touchée, voire empêchée de se

développer.

Par ailleurs, dans les situations de violences sexuelles, la créativité, comme capacité

globale à s’autodéterminer et à agir sur le monde, est toujours fortement atteinte : c’est

l’autre qui impose d’agir en fonction de lui-même, pour son désir.

Les conséquences sont identitaires, sociales tout autant qu’intimes, et modélisent la

relation à l’autre, et la sexualité.

Une femme me disait : » j’aurais eu des choses à dire pour ne pas mourir à ce moment-là »

Si on ne peut pas dire, exprimer, c’est à dire « faire sortir » de soi, c’est dans le corps

que le traumatisme se pose, et reste.

C’est parce que la violence touche le corps que l’art-thérapie peut soutenir les

personnes victimes de violences sexuelles.

En effet, l’art-thérapie propose le passage par un objet intermédiaire. Ce faisant, elle

induit une matérialité, une externalisation du sensible. C’est à cet endroit que

l’émotionnel va pouvoir s’acter : hors de soi, mais par soi.

La mise en acte est celle de la personne elle-même, par la mise en forme de ses

émotions : elle permet leur prise en main.

L’art-thérapie est une voie pour reconnecter l’être à lui-même, pour que ses choix de

vie, désengagés de la violence subie, et de l’intrication dans le désir d’autrui, soient

les siens.

remerciements de Solidarité Femmes (Côte d’Or) du 19-12-16 

 

*******

Le nouveau clip avec logo AGORA

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mardi 22 novembre 2016

 

Sortir de l’enfermement

Le nouveau clip de Solidarité Femmes pour le 3919, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre. Un parloir, un espoir… Une parabole des appels au 3919, appels au secours de femmes qui vivent enfermées dans la violence.

Une conversation entre deux femmes dans un parloir.

L’une est enfermée et demande de l’aide…mais son quotidien (marqué par le contrôle, l’emprise, la peur, et les violences) la rattrape.

Elle raccroche.

Ce film – basé sur une fausse piste – indique que, pour sortir de l’emprise d’un conjoint, d’un compagnon violent, un numéro anonyme et gratuit est disponible, le 3919. Ce « parloir » est à la fois une ligne d’alerte et un outil pour préparer sa « sortie », et reconstruire une vie sans violence.

Voir le film  clic

 

Chèque de 47000€ remis lors de l’AGN de Saint Raphaël aux représentantes de Solidarité Femmes.

remise chèque2

 

Play
Arrow
Arrow
Slider

Les sites

Solidarité Femmes

Suivez nous sur Facebook

Facebook Solidarité Femmes

et sur Twitter

Twitter Solidarité Femmes

Directrice générale de Solidarité Femmes

Christine CLAMENS – 01 40 33 80 90

PRESIDENTE FNSF

Dominique GUILLIEN-ISENMANN,

Documentation, Communication, webmaster

Laurent LEMAITRE- 01 40 33 80 90 (pour les demandes de flyers ou de documentation pour nos actions)

Campagnes de pub

« Se cacher n’est pas toujours un jeu »

« Le téléphone est une arme ».

FEDERATION SOLIDARITÉ FEMMES

40 ans d’expertise dans l’écoute, l’accompagnement et l’hébergement de femmes victimes de violences, en particulier conjuguales

Les missions 

Les missions de la FNSF sont de faire reconnaître les violences faites aux femmes comme un phénomène de société, ce type de violences étant une des manifestations de l’inégalité persistante entre les hommes et les femmes ; d’être une force de proposition auprès des pouvoirs publics et des politiques afin de faire évoluer les lois ; d’interpeller l’opinion publique et de faire évoluer les mentalités ; de favoriser des échanges, des réflexions, des partenariats et des recherches afin d’améliorer les réponses apportées.

La FNSF gère depuis 23 ans le service national d’écoute-information-orientation pour les violences conjugales, devenu le 3919/Violences Conjugales Info en mars 2007.

Ses actions

Un réseau de 64 associations partout en France.

Plus de 30 000 femmes victimes de violences accueillies.

Plus de 40 centres d’hébergement (près de 700 places).

500 femmes et enfants hébergés (urgence, moyen et long terme).

Un service de formation agréé (en interne et externe).

Un observatoire (analyse des données et publication).

Des actions de sensibillisation auprès du public et des jeunes (agrément du Ministère de l’Education Nationale).

un numéro : le 3919 VIOLENCES FEMMES INFO